Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Blog de Monisa, Isabelle Robert-Tranchet
  •  Blog de Monisa, Isabelle Robert-Tranchet
  • : Art textile- patchwork - tableaux textiles
  • Contact

Traduction

 
27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 21:12

Oh, mon blog, il faut que je te mette à jour !

Alors depuis  sa sortie en librairie en le « Cygne du Pâtis » et l’exposition des illustrations ont bien voyagé: d’abord à Jeux de Dames  à Fontainebleau, puis au salon Egrelivre à Egreville et au 2nd salon du livre de Chaintreaux (et sa belle brocante-vide grenier)

 

Merci à tous nos gentils organisateurs :

 Sophie Bruguiere et Emmanuelle Sciortino à Fontainebleau pour « Jeux de Dames »

Stéphanie Hérisson (de la librairie du Hérisson à Montargis) pour Egrelivre

Marcel Trévit pour Chaintreaux  (et Mme le Maire, Marie Claude Souque )

L'auteur et l'illustratrice en plein travail!

L'auteur et l'illustratrice en plein travail!

 

Merci aussi à Frédéric Gobillot (du blog «  le blog de Frédéric Gobillot ») pour son intéressante analyse , qu’il m’a  gentiment autorisé à reproduire ci-dessous :

« Autre acquisition faite au Festival Egrelivre, (…) me conduit hors de mes univers habituels.

Au premier coup d'oeil, la séduction s'est faite par les illustration intérieure réalisées par Isabelle Robert-Tranchet. Des noirs et blancs parfois intriguant de par leur surréalisme. Puis le thème de ce père à la recherche de son fils fait irruption et là aussi, la discussion avec l'auteur et son coup de gueule de départ m'entraîne à découvrir ce cygne.

Le père a perdu son fils de vue depuis quelques temps, mais suite à un appel, les événements vont se précipiter ce qui le mènera à retracer le parcours de son fils. Le drame est entendu. Dès le début le ton de cette impossible quête est donné. Le père se bat avec la vie et avec ce dragon qu'est l'alcool. 

Derrière la tragédie, Marcel Trévit dénonce notre société qui écrase les gens, ne leur donnant pas l'opportunité de vivre. Une aberration dans un pays qui se dit civilisé, mais qui est rongé par un capitalisme aveugle et une perte de valeurs. Nous sombrons dans l'égoïsme et une indifférence froide. 

Un mot sur l'écriture si particulière de Marcel Trévit. Je la qualifierai de prose poétique. Pas de rimes bien-sûr, mais beaucoup d'images, d'allégories et de comparaisons. Pas toujours faciles, je dois l'admettre, mais une beauté intrinsèque qui peut ouvrir au-delà du langage, sur une sensation par exemple. L'histoire n'en demeure pas moins compréhensible, claire et poignante.

A découvrir. »

Merci Monsieur !

« LE CYGNE DU PÂTIS » (suite)

Partager cet article

Repost 0
Published by monisa
commenter cet article

commentaires